SNG

81e Bol d'Or : conditions dantesques et une 3e place au scratch

16 juin, 2019

57 nœuds affichés au compteur du bateau ! Non pas pour la vitesse de notre D35 mais pour la vitesse du vent qui a soufflé lors de l'orage traversé pendant ce 81e Bol d'Or. Nous avons d'ailleurs une pensée pour les concurrents ayant subi des avaries sur leurs montures, les équipes de sauvetage et les bénévoles engagés sur le terrain. Alors que le record de cette épreuve mythique reste établi à 5h01'50'' (Triga IV en 1994), le M1 Ladycat powered by Spindrift a su gérer le calme avant et après la tempête pour s'imposer au terme d'une course de 10 heures 36 minutes et 21 secondes rondement menée. Ylliam-Comptoir Immobilier, 1er D35, prend la 2e place au scratch en 10h39'38'', le D35 Alinghi complète le podium (10h42'35''). Nicolas Charbonnier, tacticien : « Cette année, je retiendrai par-dessus tout l'incroyable orage que nous avons du traverser. C'est une sacrée expérience, je n'avais jamais connu ça sur un bateau. On félicite Spindrift pour leur victoire et nous sommes quand même contents de faire un podium. » Arnaud Psarofaghis, régleur de GV : « Ce qui est marquant sur ces grandes courses, c'est que les régates sont encore plus serrées que sur les Grands Prix. Du début à la fin, on se bat pour chaque mètre, chaque place. Relativement à la longueur du parcours, on termine beaucoup plus proches les uns des autres qu'à l'arrivée d'une manche en Grand Prix, ce qui est étonnant après plus de 10h de course non stop. » Nils Frei, coach : « C'était super impressionnant de voir le lac transformé avec plus de 50 nœuds de vent. Des conditions rares, heureusement d'ailleurs. Il y avait des bateaux couchés partout, des fusées de détresse lancées. Ladycat a bien mené sa course et mérite la victoire mais nous sommes contents d'avoir globalement bien navigué. Le départ et le début de course étaient très bons. Puis les transitions de vent se sont enchaînées. Cela s'est compliqué à l'approche du Bouveret où c'était très calme, et donc plus aléatoire. Sur le retour vers Genève, nous avons plutôt bien négocié l'orage, même si le foc n'en est pas sorti indemne. On revient bien sur le leader qui avait 50 minutes d'avance sur nous au Bouveret, mais cela n'aura pas suffi. Signer un podium sur une longue course est toujours satisfaisant, même si on préfèrerait gagner ! » Après cette 4e étape du D35 Trophy 2019, Alinghi mène toujours la flotte au général provisoire, devançant Ylliam-Comptoir Immobilier et Zen Too. En D35, place au break estival en attendant la reprise fin août pour trois Grands Prix de fin de saison. D'ici là, l'équipe vous donne rendez-vous du 27 au 30 juin à Lagos (Portugal) pour l'un de ses objectifs majeurs : le championnat du monde de la série GC32. Cliquez ici pour tous les classements du 81e Bol d'Or Mirabaud.   Pour en savoir plus d35trophy.com // boldormirabaud.ch #GoAlinghiGo // #D35Trophy // #BOM19 Pour s'informer sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le D35 Trophy en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © BOM2019 / Loris Von Siebenthal, Nicolas Jutzi, Anna Ricca, EP medias

Un 80e Bol très lémanique

10 juin, 2018

Juste avant le départ, certains avaient prédit une possible arrivée vers minuit. A minuit et quelques minutes, quatre D35 se retrouvent quasiment à égalité entre la 'bouée d'entrée' et la ligne d'arrivée devant la SNG...sans vent ! Le temps s'écoule, les minutes défilent...et c'est finalement Mobimo qui empoche le 80e Bol d'Or Mirabaud lancé à 10h samedi matin pour 543 concurrents, et ce devant Okalys Youth Project, Ylliam-Comptoir Immobilier, et Alinghi 4e. Après avoir longtemps animé la tête de course, les 137 participations au Bol' cumulées de l'équipage d'Alinghi n'auront pas suffi à faire la différence (25e pour Ernesto, 38e pour Pierre-Yves, 17e pour Arnaud, 7e pour Nicolas, 20e pour Nils et 30e pour Yves). Après 14 heures de course, la victoire s'est jouée dans les derniers mètres... Mais de l'avis de tous (et même du vainqueur !), la réussite a également sa part du gâteau dans ce type de courses, avec ce type de conditions de vent très léger. L'équipe est forcément un peu déçue après le passage de la ligne mais... « c'est aussi ça le Bol ». Nils Frei, régleur des voiles d'avant : « C'était un Bol super classique avec du séchard, du rebat, des transitions, de la molle... Mais il faut aussi de la réussite, sinon on ne peut pas gagner. On a fait un bon paquet de la course dans le trio de tête, mais cela s'est fini comme un Bol. » Nicolas Charbonnier, tacticien : « C'est plus sympa quand il y a de la bise et qu'on finit à 15 ou 17h, mais c'était une belle régate. On a eu un bol très classique avec des conditions lémaniques connues et un sacré mixte de classement juste avant la ligne d'arrivée. Il y a des années où le départ est très important. Des bateaux s'échappent et on ne les revoit plus. Cette année, les bateaux sont revenus par l'arrière depuis le Bouveret. Pour rester concentré sur la durée ? Ce n'est pas un problème, je ne prends pas ma montre. On est tellement pris dans le jeu qu'on ne voit pas le temps passer ! » Pierre-Yves Jorand, directeur d'équipe et embraqueur pour l'occasion : « C'était une course où il y a eu pas mal de dépassements, de changements de leaders, il a fallu se recentrer souvent. Comme quand on navigue sur un Grand Prix en fait. Il fallait chercher les bonnes trajectoires, les positions favorables, savoir changer les modes. Le retour vers Genève n'était pas simple. Ça construisait un peu par l'arrière, et à l'entrée du petit lac, il n'y avait plus beaucoup de signaux. Mobimo signe un retour incroyable et coiffe tout le monde sur le fil à la bouée d'entrée, juste avant l'arrivée. On y a cru jusqu'à la der. Il nous a manqué la petite dernière risée pour croiser devant. »   L'équipe vous donne rendez-vous à Barcelone dès ce jeudi 14 juin pour le prochain Act des Extreme Sailing Series en GC32 volant. Cliquez ici pour tous les classements du Bol d'Or Mirabaud 2018.   Pour en savoir plus d35trophy.com  //  boldormirabaud.ch Hashtags de l'événement #GoAlinghiGo // #D35Trophy // #BOM18 Pour en savoir plus sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le circuit en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Toast Prod & Alinghi

Dans les starting-blocks du 15e D35 Trophy

2 mai, 2018

Plateforme multicoque identique, à nouveau neuf équipages engagés et huit épreuves au programme de la saison sur le Léman, comme en 2017. On prend les mêmes et on recommence pour la 15e saison du D35 Trophy ? Pas tout à fait puisque la jauge limitant le poids maximum de l'équipage est passée de 470 à 480kg. Ca c'était pour l'anecdote ;-) On note tout de même que le temps du mercato, certaines équipes en ont profité pour remodeler leur composition. Alinghi, tenant du titre et visant une 7e victoire de championnat, rempile à l'identique des années précédentes avec une folle envie de retour à la compétition. Les prévisions météo indiquent de la bise pour les entraînements officiels et la journée d'ouverture...de quoi faire parler les écoutes et titiller les 25 nœuds de vitesse. On s'en réjouit d'avance ! Nous vous donnons rendez-vous du vendredi 4 au dimanche 6 mai pour six courses quotidiennes prévues au programme du Grand Prix d'ouverture organisé par notre club, la Société Nautique de Genève.   Pour suivre les courses (jusqu'à six par jour), rendez-vous... Sur Twitter @teamalinghi > Résultats publiés après chaque course assortis de quelques photos et courts instants vidéo Sur Facebook @teamalinghi et Instagram @alinghi > Interviews vidéo & photos Sur notre site Internet > News et sélection de photos   Pour en savoir plus alinghi.com // d35trophy.com Hashtags de l'événement #GoAlinghiGo // #D35Trophy Si vous souhaitez en savoir plus sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le circuit en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Lloyd Images

5 sur 5 en ouverture du dernier GP de D35

22 septembre, 2017

Alinghi réalise un sans-faute en journée d’ouverture du dernier grand prix de la saison D35. Avec cinq victoires en cinq courses, impossible de faire mieux ! Et Ernesto Bertarelli à la barre ne pouvait s’offrir meilleur scénario pour sa journée d’anniversaire ;-) Nicolas Charbonnier, le tacticien du bord se félicite du résultat : « C’est vrai que nous faisons une belle journée. Nous avons dû attendre le vent un moment, mais finalement, nous avons pu régater dans un flux de 7-10 nœuds tout l’après-midi. Nous n’avons pris que des bons départs, et sommes allés du bon côté à chaque fois. En plus de ça, nous avions une vitesse plus que correcte et tout le monde a très bien travaillé à bord. C’était une journée idéale, celle dont on rêve tous les matins en se levant. » Nils Frei, régleur des voiles d’avant est également ravi du déroulement des courses : « Nous avons eu des conditions presque inespérées. La prévision météo était assez peu favorable, et le Séchard qui s’est posé n’était pas forcément attendu. Au final, les conditions étaient parfaites. Nous avons navigué sous code 0 (la plus grande des deux voiles de près), et avons flyé (navigué sur une coque) tout le long. On a réussi à mettre le bateau sur des rails en trouvant les bons équilibres entre l’avant et l’arrière. » Pour le récap’ vidéo de fin de journée avec Nico et Nils, c’est par ici ! Dénouement de cette 8e et ultime étape du D35 Trophy demain entre 11h30 et 16h30 sur le plan d’eau situé face à la Société Nautique de Genève. Classement du Grand Prix de clôture de la SNG après cinq courses (le plus mauvais score étant retiré) :  1er - Alinghi: 4 points 2e - Ylliam Comptoir Immobilier: 10 points  3e - Mobimo: 17 points 4e - Realteam: 18 points 5e - Swisscom: 19 points 6e - Okalys: 20 points 7e - Racing Django: 21 points 8e - Zen Too: 23 points 9e - Phaedo2: 32 points Pour en savoir plus www.d35trophy.com Hashtags de l’événement #GoAlinghiGo  //  #D35Trophy Si vous souhaitez en savoir plus sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et sur le circuit en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos : Loris von Siebenthal